Histoires d'entreprises, de dirigeants et VIP / interviews

Daniel Moquet : des avis positifs

La force d’une franchise se jauge en temps de crise. L’entreprise Daniel Moquet, spécialisée en aménagements d’allées et en solutions de revêtements, et forte d’un réseau de plus de 235 franchisés en France, a vu son activité repartir de plus belle après le confinement. Son secret ? Une recette faite de qualité, d’innovation, des méthodes spécifiques de travail et des nouveaux produits en continu.

Bonjour Laurent Triffeau, vous gérez votre franchise depuis 2016 près d’Orthez. Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre le réseau « Daniel Moquet signe vos allées » ?

Bonjour, merci de me recevoir. Pour être bref, je dirais que j’ai été fasciné par l’histoire de développement de l’entreprise. C’est une success story familiale typique ! Tout a commencé vers la fin des années 1970 quand Daniel Moquet, BTS de paysagiste en poche, commence à installer des revêtements adaptés aux besoins des propriétaires de maisons individuelles. Entrepreneur né, il peaufine l’activité au fil des années, créant le concept « Daniel Moquet signe vos allées ». Dans les années 1990, il se spécialise dans les aménagements d’allées, et professionnalise l’activité via des méthodes de travail spécifiques et la création de nouveaux produits en partenariat avec des industriels. Le réseau de franchisés est lancé en 2004. Tout est parti de là !

Aujourd’hui, on peut dire que les affaires marchent bien. Mais cette crise est certainement la première que vous traversez. Comment arrivez-vous à vous en sortir ?

En effet, depuis que je gère mon entreprise franchisée Daniel Moquet près d’Orthez en 2016, nous avons un chiffre d’affaires d’un million d’euros. J’emploie aujourd’hui 5 ouvriers, tous formés par Daniel Moquet. Pour répondre à votre question, effectivement, c’est la première crise que nous traversons en tant que franchisé du réseau. Mais laissez-moi vous dire que, postconfinement, notre taux de transformation de devis a atteint 50% ! Il faut dire que la reprise après un mois d’arrêt durant la crise sanitaire a été excellente. Les chantiers ont réellement repris après le confinement.

Vous dites que vos ouvriers ont tous été formés par Daniel Moquet. Quel est votre avis sur Daniel Moquet à ce niveau justement, la formation ?

A mon avis Daniel Moquet est ce qui se fait de mieux en matière de formation au métier, et d’apprentissage en général. Il faut savoir que l’entreprise a une forte politique de formation et d’intégration des jeunes. Aujourd’hui, il y a plus de 500 apprentis provenant de diverses formations du paysage, répartis entre les entreprises du réseau.

Bonjour Benoît Mousset.

Bonjour.

Vous êtes également franchisé Daniel Moquet à Mâcon, à Bourg-en-Bresse et à Gueugnon. Pouvez-vous nous parler de la politique de soutien de l’entreprise ?

Le réseau apporte un soutien psychologique important, et nous en avons eu la preuve durant la crise sanitaire. Lors du confinement, nous avons été obligés de travailler en mode dégradé avec des équipes plus petites, car nous nous sommes retrouvés à moins de 40% de notre activité habituelle. Cela dit, après le confinement, nous avons été agréablement surpris par la forte sollicitation des clients : en juin et juillet derniers, notre activité a bondi de 30% par rapport à la même période de l’année précédente. Les signatures de devis ont doublé ! Grâce au soutien humain et psychologique du réseau Daniel Moquet, nous sommes confiants en l’avenir, malgré le climat d’incertitude régnant dû, évidemment, à la crise sanitaire de Covid-19.

Quel est aujourd’hui, à votre avis, le point fort de l’offre du réseau Daniel Moquet ?

Eu un mot : l’innovation. Mais pas que. L’enseigne Daniel Moquet propose aujourd’hui une offre large et innovante : bitume drainant, gravier aggloméré, goudronné ou stabilisé drainant, enrobé noir à chaud, résine drainante, pavés pour bordures et terrasses, dallage extérieur, sable naturel stabilisé, béton désactivé et gazon synthétique. L’entreprise conçoit aussi des produits sous marque brevetés et déposés, dans son usine de fabrication d’enrobés à Blois, et dans une autre usine de fabrication de dallages à Angers. Cela dit, aujourd’hui plus que jamais, Daniel Moquet a la volonté de proposer des produits plus respectueux de l’environnement comme, par exemple, le Minéralstar, un revêtement stabilisé à base de granulats et d’un liant naturel « HQE » (haute qualité environnementale).

Cette tendance écologique, si on peut l’appeler ainsi, répond, on imagine, à une demande de la clientèle ?

Oui, en partie. Cela part aussi de la volonté du groupe de s’inscrire dans une approche durable à faible impact. Parfois, la demande des clients est paradoxale, bien que leur prise de conscience environnementale soit réelle. Par exemple, les clients veulent un jardin facile à vivre, et ne souhaitent donc plus désherber. Ils choisissent ainsi un enrobé fabriqué à base d’hydrocarbures. Notre travail de sensibilisation et d’éducation implique qu’on les en dissuade, en insistant sur le fait qu’un jardin sans entretien est une utopie. Nous leur proposons donc des alternatives plus écologiques, telles que des allées gravillonnées ou des revêtements drainants, qu’il faut entretenir une fois par an.

 

Besoin d’en savoir plus sur l’entreprise Daniel Moquet ?
Consultez :

Next Post

A la une | Interviews | Entreprises

© 2021 Histoires Vraies

Theme by Anders Norén