Toutes les interviews et témoignages de dirigeants et VIP

Michael Juret

Interview de Michael Juret, le fondateur du groupe Carréneuf et le président du club de hockey sur glace les Ducs d’Angers. Il revient pour nous sur l’amour qu’il porte à ce sport et à sa ville de cœur : Angers.

1. Parlez-nous de votre parcours ?

Michael Juret : J’ai fait ma scolarité au lycée Chevrollier à Angers. C’est une ville que j’ai toujours appréciée. Après quelques expériences professionnelles diverses, j’ai fondé ma propre entreprise dans le secteur de l’immobilier neuf en 2000 : Foncier49. Le groupe s’est beaucoup développé depuis ses débuts et nous avons changé de nom en 2018. Le groupe est maintenant connu sous l’appellation Carréneuf.

J’ai été également le président du club de hockey sur glace les Ducs d’Angers pendant quelques années. C’était une expérience très enrichissante. En véritable passionné de ce sport, c’était une réelle opportunité de pouvoir diriger un club aussi apprécié par ses fans. Même si le parcours du club n’a pas toujours été facile, il a remporté quelques titres prestigieux.   

2. Quelles sont les prestations proposées par Carréneuf ?

Michael Juret : Le groupe est une des références dans le secteur de l’immobilier neuf dans tout le Grand Ouest. Notre action s’articule autour de quatre prestations :

3. Que représente l’équipe des Ducs d’Angers pour vous ?

Michael Juret : C’est un club avec un bon palmarès, même si les dernières années ont été un peu plus difficiles. En effet, depuis 2000 les Ducs d’Angers ont remporté quatre titres majeurs :

  • Vainqueur de la Coupe de France lors de la saison 2006-2007
  • Vainqueur du Match des Champions la saison suivante (2007-2008)
  • Vainqueur de la Coupe de France une nouvelle fois pendant la saison 2013-2014
  • Vainqueur du Match des Champions pour la deuxième fois lors de la saison 2014-2015

Étant un des meilleurs clubs de France, les Ducs d’Angers ont aussi participé aux plus grandes compétitions nationales et ses joueurs ont remporté de nombreux trophées individuels. Le club a par exemple participé à la série finale du Championnat Elite quatre fois (en 2010, 2013, 2014 et 2016). En 1993, il a aussi été Champion de France en Division 1.

Concernant les trophées individuels, les Ducs d’Angers comptent dans ses rangs deux meilleurs compteurs (Jonathan Bellemare en 2010 et Maxime Lacroix en 2016), un joueur élu le plus fair-play (Robert Ouellet en 1995), un trophée de la presse MVP français (Florian Hardy en 2013), deux meilleurs gardiens (Florian Hardy en 2013, Jean-Sébastien Aubin en 2015) et un meilleur joueur français (Florian Hardy en 2013).

Enfin, les Ducs D’Angers ont participé à des compétitions mineures et ont remporté le titre de Champion de France juniors (U22 excellence) en 2004 et 2010. Le club a aussi participé au premier tour de la Coupe Continentale en 1999 et est même jusqu’en demi-finale de cette coupe en 2014.

4. Pouvez-vous expliquer aux néophytes les règles du hockey sur glace ?

Michael Juret : Il est vrai que les règles du hockey sur glace sont assez peu connues. Petit rappel : sur la glace deux équipes s’affrontent. Elles sont composées de 6 joueurs chacune. Il y a 1 gardien et 5 joueurs sur la glace. Cependant, les équipes peuvent compter jusqu’à 22 joueurs dont 2 gardiens. Ensuite, un capitaine est nommé ainsi que deux adjoints. Parmi les 5 joueurs sur la glace, il y a des attaquants et des défenseurs, divisés entre le centre et les ailiers.

L’objectif de chaque équipe est de marquer le plus de buts possible pour remporter la victoire. Pour qu’un but soit validé, les joueurs doivent envoyer le palet avec leur crosse dans les filets du but adverses.

Concernant le match en lui-même, il se déroule en trois temps, d’une durée de 15 à 20 minutes selon les âges. A la fin de chaque période, une mi-temps de 15 minutes est imposée. Le match commence par un engagement au centre du terrain. C’est l’arbitre qui s’occupe de lancer le palet sur la glace (les arbitres sont plusieurs sur le terrain, entre 2 et 4 et se différencient des joueurs grâce à leur uniforme rayé noir et blanc). Pendant l’engagement, seul un joueur de chaque équipe est autorisé à se positionner dans le rond central. A la fin des trois périodes, l’équipe qui totalise le plus de points remporte la victoire. Si égalité il y a, des prolongations sont lancées. Enfin, si l’égalité continue, une séance de tir au but est décidée.

5. Angers est une ville chère à votre cœur, qu’est-ce qu’il fait le charme de cette cité d’après vous ?

Michael Juret : Angers est vraiment une ville où il fait bon vivre. C’est une ville de culture et d’histoire par excellence. J’invite tous ceux qui ne connaissent pas Angers à venir voir le fameux Château du duc d’Angers, impressionnant par ses tours de 30 mètres de haut, et la magnifique tapisserie de l’Apocalypse qu’il abrite d’une longueur de 100 mètres.

La tapisserie de 10 se trouve dans une galerie mal éclairée, à laquelle il faut quelques minutes pour s’habituer. Le faible éclairage protège les teintures végétales des fils de laine rouge, bleu et or. Elle crée également l’atmosphère d’une visite dont vous vous souviendrez pour la richesse glorieuse et les scènes grotesques et effrayantes de l’Apocalypse.

L’histoire racontée par la tapisserie est divisée en six chapitres, suivant le dernier chapitre du Nouveau Testament de Saint Jean sur l’Apocalypse. Dans une série de visions prophétiques, il raconte le retour du Christ, sa victoire sur le mal et la fin du monde avec ses divers signes dans le ciel, ses horreurs et ses persécutions.

C’est une œuvre d’art extraordinaire, assez effrayante dans certaines scènes, comme celles représentant le monstre à sept têtes. Si vous passez par Angers, je vous invite vraiment à faire un tour par cette galerie pour admirer la tapisserie de l’Apocalypse.

Mais ce n’est pas le seul trésor patrimonial que la ville renferme. Pour citer quelques mouvements en plus : la maison d’Adam, la cathédrale Saint-Maurice, le Palais de Tau, l’Hôtel de Pincé, le Grand Théâtre, l’église Notre-Dame-des-Victoires, etc.

Merci Michael

Next Post

Previous Post

© 2019 Histoires Vraies

Theme by Anders Norén